© Virginie Merle

 

 Les créatures de Jeanne Bouchart

 

Effilées, nerveuses et tendues, les silhouettes que campe Jeanne Bouchart sont émotion pure. Ces êtres évoluent dans un espace, comme magnifié par l'essence même du mouvement tout d'élan, de grâce et de légèreté; et ce point ultime d'équilibre entre la chute et l'élévation constitue toute la recherche du sculpteur. Cette grâce ne va pas, parfois sans cruauté, sans inquiétude, comme elle peut tout aussi bien ne parler que de tendresse; comme si la légèreté , toujours, exacerbait également toute expression.

Les créatures de Jeanne Bouchart , le plus souvent énigmatiques, nous renvoient au mystère de la vie : ses hommes sont hommes-oiseaux, ses animaux ne sont pas toujours identifiables… Ils appartiennent tout simplement au monde des êtres vivants. Dès ses premières approches de la sculpture Jeanne bouchart a privilégié la thématique animalière. C'est ainsi dit-elle, qu'avec cette distance, il est plus aisé de toucher à l'âme humaine. Il semble que le propos de l'artiste ait trouvé son accomplissement : si sensible son modelé, si tendue sa ligne. La chair , trop lourde, ôtée qui ne vienne pas masquer la structure première de l'ossature , de la musculature ; là où la vie sourd, chaude et palpable.

 

Lionnelle Courbet

 

 

Derrière le miroir

 

Jeanne Bouchart ou la vulnérabilité du bronze. La légèreté gracieuse du royaume des ombres. Le charme musical et troublant des danses macabres.

 

L'air vibre au dessus du Nil, au large de Louqsor. Flottant en nuées sur la Vallée des rois, on croit deviner des sculptures de Jeanne. Et derrière le miroir, aux côtés de la belle Eurydice, il y en a aussi certainement.

 

Comme la vie est simple, une fois dépouillée de la matière lourde, obscène, qui l'encombre ici bas ! La gravité n'est plus un problème, ni d'ailleurs une solution. L'équilibre - parfait - ne dépend plus que du déplacement.

 

Traduction en bronze : ce sont les proportions et les tensions qu'elles provoquent qui induisent inévitablement l'impression de mouvement, à la limite de la disparition ou de la chute. Jeanne Bouchart nous entraîne au pays de l'impondérable, là où l'équilibre cesse d'être une sauvegarde pour devenir une métaphysique.

 

Alors comment ? Ne dévoilons pas les techniques, restons dans la magie, laissons au visiteur l'amusement de découvrir le poids inattendu de ces bronzes qui semblent pourtant immatériels.