Lumières du noir

 

Pourquoi l'estampe...
La raison première est sans doute une sensibilité particulière à la lumière et aux valeurs. Un goût profond pour les nuances de gris, avant la couleur. La richesses des matières à graver, la sensualité du papier préférée à la toile, le travail et la recherche de matériaux. Le simple travail manuel. Enfin le mystère de l'estampe qui nous dépasse sans cesse.

Une autre gravure...
J'ai rapidement délaissé les outils et techniques de gravures classiques, pour rechercher d'autres matières qui répondaient d'avantage aux images que j'avais en tête, des images où la trace de l'outils devait disparaître... Des matières qui devaient toutefois retenir l'encre, supporter des traitement de surfaces et résister à la pression... Je travaille aujourd'hui la gravure taille douce avec des mortiers et textures que je façonne avant qu'ils ne sèchent, souvent en plusieurs étapes. Des textures composites à grains variés que je grave empiriquement.

Ce que je cherche... La lumière quand elle vient du noir. La couleur quand elle vient du gris, avant qu'elle ne prenne trop de place. L'équilibre fragile de la composition. La lutte des surfaces. Ce qui reste quand on a enlevé l'éventuel. L'accident qui se cache et que l'on garde. Une forme d'architecture.
L'intimité des matières.
La sincérité élémentaire.