Rythmes de couleurs

 

Dans son atelier de Roscoff, Jean-Luc Le Balp ne se perçoit pas particulièrement Léonard. « Je me sens de la baie de Morlaix », dit-il. Et au petit jeu du portrait chinois, s'il était un paysage : « Je serai un petit rocher au milieu du chenal de l'île de Batz. Ça m'irait bien ». Son parcours aquarellé sur le Léon, le peintre l'a mené cet hiver de façon très géographique : « J'ai démarré de Morlaix et je suis descendu le long de la rivière. Il y a des vues que je voulais avoir comme les quais de Morlaix. Ensuite, l'éclairage a eu une grande importance. Pour les personnages, ce sont des gens que je vois tous les jours : le paysan qui parle en breton à son cheval. Ce sont des choses simples que je ne pouvais pas louper, les gamins à l'école de voile. Il y a aussi des vues du monde agricole. Ce sont eux qui font le paysage. Et par moments je trouve ça très beau : les champs d'icebergs avec le tapis roulant et toutes les caisses en plastique pleines de couleurs. J'aime tous ces rythmes ». L'artiste sera présent le dimanche 23 à partir de 16 h. Jusqu'au 30 septembre à la Maison Prébendale. Entrée libre les mercredis, vendredis, samedis et dimanches de 14 h à 18 h. Rens. 02.98.69.01.69. Jean-Luc Le Balp brosse, par l'aquarelle et un travail plus intimiste mêlant peinture et gravure, un portrait du Léon à travers près de 200 oeuvres à la Maison Prébendale de Saint-Pol-de-Léon, près de Morlaix. 

 

Le télégramme (12 septembre 2007)